Chargement ...

Jeanne GODEY : la handballeuse qui allie passion et raison

15 Jan 2018
CALVADOS-POUR-ELLES-Magazine-feminin-calvados-mon-quotidien-Jeanne-GODEY-la-handballeuse-qui-allie-passion-et-raison

Rencontre avec une jeune passionnée de Handball qui se donne les moyens de réaliser sa passion tout en gardant les pieds sur terre ! Un portrait à découvrir ABSOLUMENT !

Nous avons tous pratiqué un sport fétiche depuis tout petit. Pour certains, nous continuons à y jouer avec quelques amis le weekend. Jeanne, elle, a décidé de donner au handball une place importante : celle de passion.

Après avoir joué dans plusieurs clubs, elle intègre en 2015 le club de Colombelles. Nous l’avons rencontré pour en savoir plus sur son parcours et ses envies :

Quel rôle a joué ta famille dans ta passion pour le Hand ?

J’ai commencé le hand à l’âge de 5 ans grâce à mes parents. Ils sont très sportifs et ma mère est justement dans le milieu du handball. J’ai d’abord joué à la Haye Du Puits, un village de la Manche. J’ai ensuite intégré l’équipe du département puis celle de Normandie. On m’a repéré et fait passer des tests. C’est comme cela que j’ai pu rejoindre le pôle espoir du Havre.

As-tu fait beaucoup de concessions sur ta vie perso pour arriver à ce niveau ?

J’ai quitté mon petit village de bonne heure, dès l’été entre ma quatrième et ma troisième . Cela a forcément mis de la distance avec mon cercle d’amis composé des personnes rencontrées à l’école primaire.
Le contact est resté avec les personnes les plus proches et j’ai la chance d’avoir une famille qui partage cette passion. Ils sont donc flexibles et s’adaptent aux contraintes de cette activité.

Et les études, tu gères comment ?

Maintenant je suis à Caen en STAPS avec des horaires aménagés. Le matin je cours, le midi c’est entraînement, l’après midi les cours et le soir entraînement de nouveau. Ca laisse peu de temps pour les révisions donc il y a intérêt de bien suivre les heures de cours.

Il faut surtout ne pas mettre de côté les études, je m’en suis rendu compte quand je me suis blessée l’épaule. Je ne pouvais plus m’entraîner ou jouer et il fallait bien s’occuper autrement. Sans un diplôme, ça serait compliqué plus tard.

Tu as changé à trois reprises de club, comment se passe l’intégration à chaque fois ?

Ce n’est pas évident, tu dois gérer de nouvelles rencontres, des relations déjà existantes et des coachs qui ont des attentes différentes. Quand je suis rentrée à Colombelles ça a été compliqué, je continuais à m’entraîner au pôle espoir au Havre, je voyais peu mon équipe. En plus j’ai eu ma blessure à ce moment. J’ai dû rester forte et persévérer. Maintenant ça gaze, je suis à 100 % à Colombelles.

Quel conseil donnerais-tu à une jeune fille qui aurait aussi envie de se lancer ?

Il faut toujours croire en soi, même si il y a beaucoup de doutes liés à ce choix de carrière. Chaque effort est récompensé, que ce soit par le temps de jeu, la rentrée dans un nouveau club… Mais surtout ne pas oublier les études car il n’y a pas que le hand dans la vie.

Que vises-tu pour les prochaines années ?

J’aimerai obtenir mon diplôme de kiné afin de rester proche du milieu du hand. Et bien sûr continuer à progresser et gagner les matchs avec mon équipe de Colombelles.

 

Découvrez tous nos derniers articles ici.

Découvrez toute l’actualité du Club de Handball de Colombelles ici.

Plus d’actus ? Retrouvez-nous sur Facebook

Facebook


Inscrivez-vous à notre newsletter

Recevez toutes les informations de Calvados pour elles dans votre boîte mail.

En indiquant votre email vous consentez recevoir nos lettres d'informations. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en effectuant une demande sur la page contact de notre site.